C’est le grand jour, nous déclarons officiellement le tournoi Equifeel-Partage 2022 ouvert !

.

.

Pour ce premier mois du tournoi, nous proposons un exercice commun pour l’ensemble des catégorie: LE LICOL.

Vous avez jusqu’au lundi 28/02, 23H59 pour poster votre vidéo sur le groupe Equifeel-Partage.

.

Avant de plonger tête la première dans la (ou les) fiche(s), faisons le point sur les essentiels pour réussir ce dispositif que ce soit au sol ou en selle.

.

Nous vous rappelons que si vous rencontrez des difficultés, il ne faut pas hésiter à vous faire aider par un professionnel. Ne restez pas bloqué avec un problème de comportement ou un code que vous n’arrivez pas à transmettre. Le cheval mémorise aussi bien les mauvaises demandes que les bonnes. Il est tout à fait possible, si vous n’avez pas de professionnel référent, de vous tourner vers Cécile KERN, monitrice à l’association. Celle-ci propose, en plus des services physiques si vous vous trouvez dans son secteur géographique, un service de cours à distance. Vous trouverez toutes les informations sur la page qui lui est dédiée.

.

NB: Pour télécharger la fiche, clique sur le bouton « Télécharge la fiche PDF » à côté de la vidéo de la catégorie que tu souhaites. Une page va s’ouvrir contenant la fiche.

SOUS MAC: La barre ci-dessus s’affiche lors que tu bouges ta souris sur le document. Pour télécharger la fiche, clique sur le deuxième icône en partant de la droite (ou le 3ème en partant de la gauche) correspondant au carré. Le PDF est ainsi enregistré sur ton ordinateur.

SOUS WINDOWS : Une barre s’affiche en haut du PDF. Pour télécharger, clique sur l’icône de la flèche vers le bas (icône se trouvant à gauche sur l’image ci-dessus). Le PDF est ainsi enregistré sur ton ordinateur

.

.

Le mené

Le mené est une base indispensable pour la réalisation de cet exercice (et pour quasiment l’ensemble des dispositifs equifeel !). Depuis quelques années maintenant, la FFE « impose » d’avoir son cheval à côté de soi qui peut également être qualifié d’avoir son cheval au coude. Concrètement, vous serez placé entre la tête du cheval et son épaule qui correspond à la zone 2. L’objectif est d’avoir un cheval qui s’adapte à la vitesse de son cavalier. Si vous accélérez, il accélère. Si vous ralentissez, il ralentit. Et si vous vous arrêtez, il s’arrête. Pour le tournoi, nous avons mis en place une pénalité qui vous laisse le temps de réajuster le placement de votre compagnon. Ainsi, vous avez jusqu’à 5 secondes pour replacer votre cheval à côté de vous avant que la pénalité ne soit appliquée.

Pour travailler le mené, nous vous conseillons de travailler votre énergie. Ici, l’énergie correspond à un fluide qui va passer de notre corps à celui du cheval. Il est déclenché par notre volonté. Nous pouvons l’activer, varier l’intensité et l’éteindre sur simple envie.

Pour débuter, nous vous invitons à prendre votre cheval en licol et longe. Ainsi, lorsque vous êtes à côté de votre compagnon, appuyez sur le bouton « ON » de votre énergie: grandissez-vous physiquement, regarder où vous voulez aller, montrez lui la direction et c’est parti, avancez. En parallèle ne négligez pas votre esprit. Construisez l’idée du mouvement cela aura une grande importance dans la transmission de l’information à votre cheval ! Il est également important d’ajuster le « taux » d’énergie que vous utilisez en fonction de comment votre cheval réagit. Certains auront besoin de très peu d’énergie pour répondre à vos demandes alors que d’autres vous prendront toute votre énergie pour initier le mouvement.

Si malgré l’activation de votre énergie (et la construction du mouvement dans votre esprit), votre cheval ne répond pas, la longe va se tendre, entrainant une pression sur le licol (et là, on rejoint un point à travailler quelques lignes plus bas). Le cheval a le choix de céder (et donc d’avancer et de vous suivre) ou de résister. Dans ce cas là, si votre cheval ne cède pas, il vous faudra augmenter l’intensité de votre demande. En premier lieu, vous pouvez appliquer une pression plus importante sur le licol grâce à votre longe. Si cela ne fonctionne toujours pas, vous pouvez ajouter l’utilisation du stick qui viendra toucher la croupe de votre cheval (en zone 4). Faites également attention, tout au long de ces phases, à garder votre place initiale. Si vous devancer votre cheval, vous aller faire barrière l’empêchant de céder à la pression.

.

L'immobilité

L’immobilité est également un élément essentiel pour la pratique de l’equifeel. Que ce soit lors de nos événements virtuels ou en concours officiel FFE, vous devrez débuter et terminer votre contrat immobile (cheval et cavalier). Dans ce dispositif du licol, plusieurs types d’immobilité sont à travailler en amont: l’immobilité lorsque vous enlèverez et remettrez le licol, lorsque vous effectuerez le tour de votre cheval et lorsque vous irez vous placer à quelques mètres de lui pour le rappeler.

Pour débuter l’apprentissage de l’immobilité prenez votre cheval en licol et longe. Ainsi, si votre cheval bouge, vous pourrez corriger le mouvement. Pour effectuer les premiers apprentissages de l’immobilité, vous pouvez vous placer face à votre compagnon puis revenir à côté de lui. Petit à petit vous ajouterez de la distance entre lui et vous (un pas, deux pas …). Vous pouvez, en plus de votre placement, ajouter un code (ordre vocal ou gestuel) : « reste », « pas bouger », « stop » main indiquant stop… Ce qui vous correspond et que vous utilisez spontanément.

Pendant ce travail d’immobilité, soyez attentif aux signes que votre cheval vous transmet. C’est grâce à cette lecture que vous ajusterez le temps d’immobilité. En anticipant l’erreur (mouvement en avant dans ce cas précis), vous valorisez en renforcez ce travail d’immobilité. Dans tout les cas, au début, il sera très court : 1 seconde, puis 2 secondes …

Quand ce travail d’immobilité est acquis à distance et sur différentes durées, vous pouvez commencer le travail avec un cavalier en mouvement tout en conservant votre cheval immobile. Ne soyez pas trop gourmand et contentez-vous de peu au début. Lors de ce travail en mouvement, ayez une énergie éteinte afin que le cheval ne perçoive pas ce mouvement comme une demande du cavalier pour bouger avec lui.

.

Le rappel

Le rappel justement vous sera utile pour les contrats plus élevés. 

Pour cela vous rencontrerez beaucoup de techniques pour effectuer un rappel. Voici quelques idées. Soyez observateur de votre compagnon pour choisir la demande qui lui correspond le mieux ! Dans tout les cas vous pouvez ajouter votre code gestuel et/ou vocal.

  • Vous pouvez effectuer un mouvement en arrière avec vos épaules, couplé à quelques pas de reculé qui, si besoin, entrainera une tension de la longe si le cheval ne réagit pas. 
  • Il est possible de se baisser en se mettant accroupi au sol. 
  • Certain tape le sol avec leur stick tout en reculant avec énergie.
  • Vous pouvez simplement utiliser la longe comme moyen de rappel. Bien sûr cela requiert en amont d’avoir un cheval qui cède à la pression. 

Quelque soit le choix de votre méthode, n’oubliez jamais que ce que vous apprenez avec une longe doit pouvoir se retranscrire sans longe. Pensez bien, outre la tension de la longe qui peut intervenir dans les débuts, à repérer les gestes et/ou codes vocaux que vous utilisez. Il arrive que le simple fait de ne plus avoir la longe dans les mains change complètement notre façon de demander. On se retrouve ainsi avec un cheval qui ne comprend pas notre action alors que celui-ci sait parfaitement faire lorsque nous le tenons en longe.

.

Céder aux pressions

La cession de la nuque vous sera très utile pour la remise du licol qui doit se faire un genou au sol. Un cheval qui cède à la pression (et plus particulièrement vers le bas pour ce dispositif) constitue une base du travail à pied. 

C’est d’ailleurs l’un des jeux de la méthode Parelli : le jeux du porc-épic. Sa pratique va permettre au cheval d’apprendre à céder à une pression constante et à suivre une sensation. Ces pressions s’exercent sur différentes parties du corps (soit au travers du licol soit de votre main) tel que la tête, les hanches/épaules, le poitrail … On lui apprend ainsi à céder vers l’avant, l’arrière, le haut, le bas, la gauche et la droite. Lorsque le cheval cède facilement au sol, la pratique en selle n’en sera que facilitée !

Lorsque l’on parle de pression, on parle également d’intensité avec « 4 phases ». Vous pourrez entendre deux types :

  • Phase 1 – Poil ou suggérer votre demande. Modifiez uniquement votre attitude c’est la phase du langage corporel.
  • Phase 2 – Peau ou demander. Vous vous mettez à bouger la corde avec un mouvement du poignet. Vous pouvez utiliser votre code habituel qui semble être votre bras droit. Il faut juste pouvoir intensifier ce code au fur et à mesure des phases.
  • Phase 3 – Muscle ou augmenter l’intensification de vos mouvements. Vous pouvez inclure un stick en tapant le stick au sol.
  • Phase 4 – Os ou agissez ! Votre cheval doit vous donner une réponse même infime.

Pour les plus avancés, une fois que votre cheval cède à la cession de la nuque, remplacez cette pression en instaurant un code pour gagner du temps pour ce dispositif. Ce code peut être vocal et/ou gestuel (mais qui ne touche pas le cheval car cela est pénalisant en equifeel).

.

Le montoir

Le montoir (appel et immobilité) seront à travailler pour les épreuves montées. Cette étape du montoir est souvent bâclée ou oubliée, c’est pourquoi, déjà l’année dernière dans notre fil rouge, nous avons souhaité l’inclure dans un de nos exercices ! Ne nous remerciez pas, c’est cadeau :p

Bien sûr si votre cheval bouge au montoir, il faut au préalable vous demander si ce n’est pas un problème mécanique ou physique. Il se peut également que le problème vienne de votre façon de monter, peut-être que vous rendez inconfortable ce moment ou que vous lui permettez 1 jour sur 2 de bouger.

En excluant toutes ces causes, reprenons depuis le début. 

Pour l’apprentissage de l’appel au montoir, il faut travailler vos pressions, un cheval qui cède et vient vers nous. D’abord les pieds au sol, puis lorsque vous êtes sur un montoir. Votre cheval y verra déjà un grand changement et ne réagira pas pareil quand la situation change. 

Pour approfondir vous pouvez travailler l’aspiration de votre cheval (entièrement mais également séparément -hanche et épaules-). C’est un plus, car si vous renforcez la mise au montoir par pression (avec l’ajout de gratouilles ou de friandises quand il se trouve près de vous), votre cheval va vite comprendre l’intérêt de venir proche de vous lorsque vous serez en hauteur.

Pour l’immobilité au montoir, le travail préalable que vous aurez fait au sol vous sera d’une grande aide ! Vous pouvez, avant de vous hisser, vérifier que celui-ci n’a pas peur de vos gestes, du poids sur son dos, de l’étrier qui bouge … si tout est ok, vous pouvez vous hisser. L’idéale serait de monter rênes longues, et ne corriger qu’en cas de besoin et prendre les rênes progressivement une fois en selle. N’hésitez pas, au début, à monter, constater que votre cheval est immobile 1 seconde puis redescendre pour renforcer positivement la mise en selle puis répéter l’opération plusieurs fois avant de partir faire votre séance.

.

.

Un dernier point avant de partir sur la lecture des fiches, nous vous invitons à prendre connaissance de la fiche des pénalités générales valable pour l’ensemble des catégories et pour toute la durée du tournoi 2022. En plus de cette fiche, vous retrouverez sur vos fiches les pénalités spécifiques à l’exercice.

.

.

.

CLUB ENFANT & JEUNE CHEVAL

.

.

.

.

.

.

EPREUVE MONTÉE – LEVEL ENFANT & LEVEL I

.

.

ÉPREUVE MONTÉE – LEVEL II

.

.

EPREUVE MONTÉE – LEVEL III

.